Nous somme début juin, à sept mois du départ, et petit à petit tout s'accélère


 15-06-2016

Déjà, une très grande nouvelle, Centre Terre est en cours de signature pour une convention de partenariat avec le Ministère Chilien des Biens Nationaux. Un grand pas pour nos rapprochement, mais surtout une grande enjambée envers notre objectif commun qui n'est autre que de faire ensemble notre possible afin d'hisser au classement au Patrimoine Mondial de l'Humanité, ces exceptionnelles iles calcaires de Patagonie que Centre Terre explore maintenant depuis plus de 20 années.

Concernant la base scientifique, l'une des piles fondatrice du projet UP-2017, les avancées sont notables. La toute dernière en date, est la dotation gracieuse de près de 1200 kg de bois qui constituaient l'assise d'une œuvre architecturale que nous allons pouvoir utiliser pour la construction de la base scientifique. Cet apport a toutefois obligée à Cecilia Vera de IWAL, du cabinet d'architecture qui collabore bénévolement sur ce projet, de revoir les plans de notre base scientifique.

Opération de récupération des structures bois issues du Pavillon des 120 ans, conception: Sebastián Irarrázaval. La structure bois a été gracieusement donnée par l’Ecole d’Architecture de l’UC à Centre Terre pour le réalisation de la base scientifique de l’expédition Ultima Patagonia 2017.

Ce n'est pas tout ! En effet. Ce 18 mai passé, nous avions un important rendez-vous par visio conférence avec 3 des 9 groupes de travail de l'école d'architecture UC, afin que chacun d'eux puisse nous présenter l'état de leur projet. Des projets tous élaborés sur la base du cahier des charges établi par l'équipe Centre Terre, tenant compte des conditions climatiques, des impératifs logistiques et techniques, mais avec bien évidement toute la latitude possible pour eux en matière de concept, de développement et d'innovations. Soit près de 3h d'échanges qui furent au final extrêmement constructives pour tous avec des projets tous aussi exceptionnels les uns que les autres.

Ce mois de mai, c'est également le projet scientifique de l'équipe UP-2017, qui a vu le jour. Un projet que nous avons voulu clair et ambitieux, qui sera bientôt consultable ici.

Bien entendu, hors de question de faiblir sur la communication et le partage, deux savoirs faires moteurs au sein de Centre Terre notamment en cette période ou il convient de trouver et rassembler tous les partenaires et financeurs incontournables au bon déroulement de ce projet.

Ainsi, Franck, assisté de Jean Marc et d'Olivier ont, pilotés sur le cinéma de Saint Girons toute une journée de projections/conférences. Un moment fort qui a rassemblé 280 élèves sur une journée et plus d'une cinquantaine de participants sur la soirée autour de la Patagonie. Dans le même registre, une nouvelle soirée de présentation / conférence ouverte au public est d'ores et déjà programmée avec la venue de Stéphane Jaillet sur Toulouse le 20 septembre prochain.

Toujours dans la communication, il y avait le projet de réaliser un film sur cette nouvelle aventure qui mijotait doucement. Centre Terre rêvait par ailleurs depuis bien longtemps, de faire un grand film passant les 52' sur ces formidables iles calcaires de Patagonie reprenant un peut la somme des travaux menés au coté d'une nouvelle aventure d'exception.... Et bien voilà que c'est maintenant acté ! Ce sera donc pour cette année avec Gilles Santantonio comme réalisateur en chef pour cette réalisation 2017. Une production que Gilles vient de concrétiser avec France 5. Soit un rêve qui devient réalité qui permettra de mieux partager encore nos aventures que ce site d'exception.

Coté logistique et finances du projet ... petitapeta ...

Grace aux bonnes relations entretenues par Marcelo, Centre Terre dispose d'ores et déjà, de l'indéfectible soutient de la CAP (Compagnie des Aciers du Pacifique) pour ce nouveau projet. Un partenaire fort de Centre Terre depuis 2006 qui se chargera une nouvelle fois cette année, aussi bien de convoyer nos deux containers (celui venant de France et celui comprenant le module base scientifique) depuis le port de Huachipato vers Guarello que mettre à disposition là, sur Guarello, une partie des installations minières pour l'accueil de l'équipe et de ses équipements. Au regard du projet 2017, ce point "relais" est un incontournable logistique, aussi bien pour le matériel que les personnes qui seront nécessairement emmenés a faire un stop sur la base minière de la CAP, aussi bien a l'aller qu'au retour.

Bien entendu, en matière de logistique et partenariats, de très nombreuses choses avancent en parallèle.

Bien entendu, a ce stade, soit a près de 6 mois du départ, l'inlassable quête aux financeurs se poursuit avec ténacité. A ce stade, c'est près de la moitié du budget nécessaire qui est pourvu (Jo... a affiner la mesure) ...

Sur ce registre, nous venons pour la première fois de lancer une campagne de financement participatif. Une opération originale pour Centre Terre qui tient très sincèrement à remercier pleinement et publiquement l'ensemble des donateurs souscripteurs qui au travers de leurs apport emmènerons une aide certaine à ce projet 2017.

Et d'un plan pratique ...

Coté équipement, les approvisionnements s'organisent également. Qu'il s'agisse de matériel spéléo, de camp ou de bivouac, de cuisine, de vivres, de secours, médical, de matériel scientifique, nautique, de plongée et autres... Tout s'organise peut à peut sous l'œil aguerri des coordonateurs chargés de chaque registres. Cela, afin que tout soit fin près pour les 17 & 18 septembres, date a laquelle le container "France" se chargé puis fermé afin de pouvoir prendre la mer vers le Chili.

A suivre


Soutenez la création de la base scientifique


 30-04-2016

La base scientifique est l’élément central du projet d’expédition 2017. Elle servira de lieux de vie et de centre opérationnel pour les études scientifiques, les briefings et les communications. Conçue en partenariat avec les architectes chiliennes Cecilia Vera, du cabinet d'architecture IWAL, et Macarena Burdiles, sa conception est innovante et répond à des critères écologiques (matériaux dégradables et utilisation de bois local).

En participant à la campagne de financement KissKissBankBank qui s’achèvera le 30 juin 2016, vous nous aiderez à la construire et à l’acheminer en kit sur l’île de Madre de Dios, oú nous consacrerons plusieurs jours sous la pluie à la construire.

Pour chacun de vos dons, Centre Terre vous propose une contrepartie clairement identifiée et proportionnée à l’ampleur de votre engagement ! A l’issue de l’expédition, la base que nous aurons construite restera en place pour servir de base scientifique permanente.

 Lien vers KissKissBankBank


Ultima Patagonia 2017, premier bilan d'étape


 21-03-2016

En octobre 2015, en marge de son assemblée générale annuelle, Centre Terre tenait sa première réunion préparatoire en vue de l’expédition qui se déroulera en janvier et février 2017 sur l’île Madre de Dios. Depuis, de nombreux points ont bien avancé, il est donc temps de faire un point.

L’équipe

La constitution de l'équipe coté Français, est bouclée depuis le mois de novembre. Une dizaine de candidatures n’ont malheureusement pas pu être retenues, faute de place. Le choix a été difficile, il a fallu respecter de multiples critères contraignants, parmi lesquels: la motivation, la présence d’éléments moteurs, la complémentarité, les compétences indispensables, l’équilibre entre participants français et chiliens.

Au Chili, le process d'inscription en coordination avec les universités qui ont faite connaitre leur attachement au projet ainsi que leur volonté a collaborer débute à peine, il ciblera avant tout, des profils de spécialistes et de chercheurs définis comme prioritaires.

L'équipe déjà constituée s’est immédiatement mise au travail. Chacun doit s’investir personnellement dans la recherche des partenaires indispensables à l’équilibre financier du projet : environ 40 000 euros sont nécessaires pour boucler le budget prévisionnel, et nous sommes aussi à la recherche de partenaires techniques pour fournir du matériel (valeur monétaire estimée à 45 000 euros). Il faut également trouver des soutiens au Chili pour couvrir l'ensemble de nos besoins logistiques.

Pour nous tous, cette phase qui durera jusqu’au départ le 2 janvier 2017 est difficile et contraignante, mais elle conditionne la suite et aura sa récompense: une fois sur place, parcourir les grands lapiaz, explorer l’île jusque dans ses tréfonds afin de découvrir les richesses qu’elle comporte!

Voir l'équipe au complet

Les objectifs

En deux mois de présence sur l’île, nous ne pourrons être partout et tout parcourir, c'est une évidence. Il convient donc de se fixer des priorités en tenant compte de l’intérêt potentiel de chaque site, de son éloignement de notre future base et de la difficulté d'accès estimée. Sous la direction de Richard, une équipe travaille d'arrache-pied à cette définition précise des objectifs, à partir des données géologiques disponibles et surtout d’un ensemble de photographies aériennes et satellitaires haute définition qu’il a fallu rassembler. Émergences, pertes de ruisseaux, puits béants, accidents géologiques majeurs y sont en effet visibles, particulièrement sur les zones dénudées... Une fois sur place, ces documents seront également précieux pour préparer les explorations journalières et définir les itinéraires d’approche.

Le projet de base scientifique

Une fois débarqués sur la rive nord du seno Barros Luco, il faudra y établir une construction dont la vocation sera double :

  • sur la durée, constituer une base scientifique destinée à accueillir des chercheurs venant conduire, en ce lieu vierge de toute empreinte humaine, les études scientifiques qu’autorise sa nature exceptionnelle ;
  • à court terme, constituer un lieu de vie protégé des rigueurs du climat afin de garantir le mordant des équipes engagées sur le terrain.

Il s’agit donc d’un objectif fondamental pour lequel aucune improvisation n’est possible. D’autant moins que le classement de l’île en tant que Réserve naturelle impose que l’impact sur l’environnement d’une telle construction soit le plus proche possible de zéro. L'équipe UP-2017 s'est donc entourée de compétences spécifiques: Natalia a sollicité deux amies proches, Cécilia Vera, architecte indépendante et Christina Ibars, experte en marketing du Cabinet d'architecture, IWAL Ltda. installé à Santiago. Toutes deux, ont été mandatées de la part de Centre Terre pour définir, en fonction d’un cahier des charges précis, les caractéristiques de la base scientifique, ainsi qu’un concept d’assemblage rapide et sûr pour son montage. Elle doit rechercher également les fournisseurs de matériaux capables d’assurer sa préfabrication puis sa gamme d'assemblage. Lorsque Cecilia, Christina et Natalia se sont engagées sur cette lourde responsabilité, elles n'avaient évidemment pas la prétention d'en assumer la totalité. En collaboration avec une enseignante, Cecilia a donc proposée ce projet atypique à l’Université de la Catolica comme un cours optionnel d'approfondissement dans le cadre de son unité spécialisée en architecture. Ce projet a été agréé par l’Université. C'est donc sur ce fondement qu'une classe d'étudiants recrutés en « Design d'architecture en zones géographiques isolées » — un intitulé ciblé sur notre projet de base scientifique — vient de commencer son travail en ce début de mois de mars.

Session de cours de la classe optionnelle d’approfondissement ARQ3625, dénommée “Design Architectural en Zone Géographique Isolée”. Concept et développement de l’Ecole d’Architecture de l’UC. Professeur: Macarena Burdiles. Assistante: Cecilia Vera Pérez Gacitúa. Etudiants: Miquela Aruta, José Luis Caamaño, Osvaldo Cardemil, Javiera Cumsille, Mattia Di Carlo, Anna Fabregat, Cristian Fuhrhop, Cristina Galaz, Alberto Giacopelli, Alejandro Latorre, Micaela Maccioni, Paulina Martinez, Luis Fernando Medina, Francisco Milla, Benjamin Peralta, Neus Querol, Santiago Quevedo, José Luis Reyes, Tali Rosenberg, Barbara Schenke, Valentina Villa, Bendikt Zeller.

L'île aux Glaciers de Marbre éditée au Chili

En 2011 Centre Terre a confié à Georges la charge de raconter dans un beau livre nos vingt années d'explorations en Patagonie Chilienne. L’enthousiasme de toute l’équipe a permis le succès de la souscription indispensable à l’auto-édition de cet ouvrage. L’idée d’une traduction chilienne a rapidement vu le jour, avant même que le succès de l’édition française ne soit assuré.

Le but était double. D’abord, faire connaitre la spéléologie dans ce pays où sa pratique n’existe pas. Ensuite, disposer d’un moyen puissant pour diffuser l’idée qui s’est imposée à nous depuis l’année 2000 : parvenir un jour à l’inscription de l’île Madre de Dios, un milieu absolument unique au monde, au Patrimoine Mondial de l'Unesco.

Le chemin a été long, mais le résultat est maintenant là. En fin 2015, le Ministère des Biens Nationaux a signé avec Centre Terre le contrat d’édition. Natalia s’est chargée non seulement de toute la négociation avec les divers organismes officiels concernés au Chili, mais aussi de la traduction du texte en espagnol. L’ouvrage qui est maintenant sur le point d’être imprimé en commun avec le Sernatur, Service National du Tourisme au Chili, bénéficie d'une présentation signée de la main même du Ministre, M. Victor Osorio Reyes. Une partie de nos rêves devient aujourd'hui réalité.

La collaboration effective qui s’instaure ainsi entre Centre Terre et le Ministère des Biens Nationaux va continuer. Et l’un de ses buts sera cette candidature prochaine de Madre de Dios au Patrimoine de l'Humanité, un dossier qui est maintenant pris en main par les autorités chiliennes et auquel nous apporterons évidemment tout notre concours.

Les préparatifs

Ils sont en cours sur tous les fronts !

Une équipe pilotée par Florian s’est attelée à la remise en parfait état de l'ensemble des moteurs de notre flotte de Bombard... Ils devront tous être au top de leur forme pour leur mise en container courant septembre. Autour de Stéphane, une équipe établit et rassemble les documents cartographiques dont nous aurons besoin sur le terrain. Richard coordonne de son côté la mise sur pied d'un projet scientifique multidisciplinaire. Une autre équipe œuvre sur la couverture secours et médicale de l'expédition. D'autres membres ont mis en place les outils indispensables au suivi de la comptabilité de ce projet UP-2017, complexe du fait de la diversité des domaines qu’il touche. David et Olivier ont revu de fond en comble notre site internet. Thomas et Arnauld planchent sur un projet de financement coopératif… Bien entendu, les besoins spécifiques des camps avancés, des explorations souterraines, de la spéléo-plongée, ne sont pas oubliés: plusieurs équipiers ont la charge de quantifier les besoins logistiques et organisationnels propres à ces domaines.

Enfin, il y a notre projet scolaire, piloté par José, membre de Centre Terre mais aussi Conseiller Technique National de la Fédération Française de Spéléologie. Deux académies portent déjà ce projet, celles de Toulouse et Lyon. Des négociations sont actuellement en cours avec le ministère de l’Éducation Nationale à Paris. Un dossier plus complet est visible en suivant ce lien .


Devenez partenaires

Ils nous soutiennent déjà

Ultima Patagonia 2014

Diego de Almagro

En savoir plus

Ultima Patagonia 2010

Quatrième expédition à Madre de Dios

En savoir plus

Ultima Patagonia 2008

Seconde expédition franco-chilienne

En savoir plus

Ultima Patagonia 2006

Première expédition franco-chilienne

En savoir plus

Bornéo 2002

Expédition dans les grottes de Kalimantan

En savoir plus

Mongolie 2001

Expédition de reconnaissance

En savoir plus

Ultima Patagonia 2000

Grande expédition sur Madre de Dios

En savoir plus

Ultima Esperanza 1997

Première expédition sur Diego de Almagro

En savoir plus

Diego de Almagro 1995

Premier repérage

En savoir plus